mercredi 24 octobre 2007

Atelier "Amélioration des statuts" en préparation chez les CL d'AL

Tout d'abord, profil bas : ce message n'oublie pas que peu de Compagnons Libéraux ont participé assidûment à l'élaboration, puis au vote, des statuts récemment adoptés par AL (voir ci-dessous), mais nous savons que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas.
Déficit temporaire d'engouement pour la question ? Tacite validation de l'une ou l'autre version des statuts soumis au vote ? Relâchement estival après des campagnes législatives prenantes ? Sans doute un peu des trois… Nous tenons donc à féliciter toutes celles et tous ceux qui ont pris la peine de plancher sur le projet de fonctionnement interne d'AL et sommes heureux aujourd'hui de participer à une élection interne s'inscrivant dans le cadre statutaire actuellement posé.

Nous pensons néanmoins que les représentants du Conseil National (CN) n'échapperont pas à la mise en place d'un chantier rapide sur le perfectionnement des statuts d'AL qui, en l'état, laissent certaines questions en suspens.
A quel stade de l'élection du CN le Premier Conseiller sera-t-il désigné ? Quel sera l'intervalle et comment seront assurées les transitions entre les 3 phases électorales (conseillers nationaux, conseillers locaux, représentants des sympathisants) visant à pourvoir intégralement le CN ? L'élection du CN en plusieurs temps se justifie-t-elle dans la mesure où nombre d'adhérents provinciaux ont investi les listes candidates à l'élection de la composante nationale du CN ? Est-il judicieux et efficace d'avoir 45 membres au Conseil National ? N'alourdit-on pas inutilement les processus de décision, de convocation, etc. ? Le rapport représentants / représentés n'est-il pas disproportionné ? Quel rôle autre qu'électif (consultatif, participatif ?) le Conseil National pourrait-il éventuellement jouer dans l'établissement du règlement intérieur, prérogative du Bureau ? Sur quelle base le Comité d'orientation proche du Bureau prévu à l'article 8 va-t-il être désigné ou élu ? Cet organe, dont un léger flou entoure la constitution, apporte-t-il réellement un plus ? Ses fonctions ne pourraient-elles pas être assumées directement par des commissions temporaires ou des groupes de travail ad hoc issus du CN et/ou d'ailleurs ?
Quelle position les Compagnons Libéraux adopteront-ils quant au financement des instances locales, question à laquelle le CN doit en partie répondre en vertu du point 2 de l'article 10.3 ? En la matière, nous aurons probablement l'occasion de faire prévaloir le principe de subsidiarité qui nous est cher.

Afin d'être immédiatement opérationnels au sein du Conseil National et parce que nous souhaitons éviter d'éventuels écueils dans l'organisation ou la réorganisation interne que notre parti met actuellement en place, sur toutes ces questions et bien d'autres, les Compagnons Libéraux élus au CN lanceront sans tarder un atelier "Amélioration des statuts" qui débouchera sur un certain nombre de propositions pour lever des ambiguïtés, clarifier les textes et combler des lacunes, bref pour "fluidifier les relations sociales" (l'expression n'est pas de nous) au sein d'AL. Des propositions que nous pourrons soumettre à approbation par la voie (et les voix) des 3/5ème du Conseil National comme prévu à l'article 15.
Qui a dit qu'il fallait avoir peur des "critiques" constructives des Compagnons Libéraux ?

3 commentaires:

Bastiat a dit…

Avec 10 élus pour une population donnée, l'écart type entre la part de voix et la part des élus d'une liste reste acceptable (2% en moyenne).

si l'assemblée est par exemple réélue par tiers (par moitié) périodiquement, alors 10*3 (10*2) élus assurent une bonne représentation ET la transmission des idées et de l'expérience acquises.

45 élus est clairement inutile surtout si la représentation est renouvelée entièrement ou presque à chaque fois. Bien plus probablement elle réduit la qualité du processus de décision.

Mathieu Morateur a dit…

Daniel, si vous acceptez un apport extérieur aux compagnons, je serais heureux de faire partie de cette réflexion.

Patrick a dit…

en ce qui me concerne, bienvenu.